AIGUISAGE DES CISEAUX ET GOUGES SUR MEULE SÈCHE

D’après la méthode exposée par André Milette ✝ - Maître sculpteur canadien

 

   Matériels utilisés :

La meule, ses caractéristiques, son sens de rotation.

• diamètre du touret : 150 mm.

• vitesse de rotation : 3500 t/mn.

• Meule sèche de grain moyen : A 60

• Largeur de la meule: 20 mm ou plus.

• La meule doit tourner vers l’avant et donc vers le tranchant du ciseau.

• L’observation des étincelles renseigne et guide le meulage.

• Par précaution, l’écart entre le guide et la meule est réglé à 1,5 mm.

    Le coton à polir, ses particularités, son sens de rotation :

• 100% coton sans nylon ni fibre synthétique.

• avec coutures en cercles de préférence.

• Largeur: de 12 à 20 mm.

• Diamètre: 150 mm.

• Lorsque la couture est en spirale, il faudra la couper en bordure sur 12 mm minimum en insérant une lame de couteau entre les lamelles du coton.

• Le coton doit tourner vers le haut pour une meilleure vision de l’appui du tranchant.

• Avec un touret classique adapté, le coton tourne vers le bas. Avec un peu de pratique le polissage devient facile.

    Les autres matériels et accessoires :

• La pâte à polir ou la brique de pâte à polir “vert” pour obtenir un poli miroir sur métaux durs.

• Le papier abrasif au grain de 220 et 320 qui peuvent être remplacés par une pierre douce.

• Une pièce de métal, de stratifié ou autre surface dure pour appuyer le papier abrasif.

• Une loupe de mécanicien.

• Un dresse-meule à diamant et un décrasse-meule à molettes trempées.

• Des petites pierres douces ou pièces de bois ayant le même angle ou la même forme que les petits outils à aiguiser, “V” ou veineur, “U” etc.

• Une pièce de cuir type “croûte”, comme celui utilisé pour fabriquer les sacs d’écolier, sera utilisée avec de la pâte à polir verte pour les petits outils étroits dans le but d’éviter d’arrondir les coins de ceux-ci.

• Une jauge d’affutage permettant de vérifier l’angle d’aiguisage des tranchants de ciseaux.

• Un contenant métallique ou plastique avec de l’eau.

• Une pièce de bois pour essayer les ciseaux (gouges) lors de l’aiguisage.

• Une lime douce pour vérifier la trempe de l’outil.

• Des lunettes de sécurité.

    Aiguisage, généralités :

 Le rôle des étincelles.

 

• Produites par la meule, elles indiquent la position du point de contact, l’endroit où le ciseau touche à la meule. Une ligne lumineuse d’étincelles se forme sur toute la circonférence de la meule.

• Lorsque c’est le talon du tranchant qui touche à la meule, les étincelles se produiront en grande majorité sous le ciseau et sous le guide.

• Dans le cas d’un ciseau non aiguisé ou qui a été rasé (égalisé pour corriger le tranchant), un plat a été formé sur le bout du tranchant. Lors du meulage dans le bout du tranchant, les étincelles auront tendance à demeurer sur les extrémités du tranchant. Les points lumineux par le frappement répété sur la partie plate s’élèveront dans les airs en tout sens, tant qu’un plat demeurera au bout du tranchant.

• Au fur et à mesure que la partie plate s’amincit, les étincelles commenceront à passer par dessus le ciseau en longeant de plus en plus le canal, jusqu’à ce qu’elles passent tout droit. Cela indique que la partie plate n’existe plus et que le meulage est achevé.

 

 La pression sur le ciseau :

• Lorsque le meulage se fait sur le talon du ciseau, la pression pourra être plus forte que lors du travail fait en bout de tranchant.

• A ce moment le ciseau “glissera” sur la meule, la pression sera presque nulle.

Avec la pratique il sera possible d’aiguiser un ciseau sans “brûler” le tranchant.

• Après plusieurs passes ou lorsque l’on sent que le métal commence à chauffer au tranchant, il faut tremper celui-ci dans l’eau du contenant prévu près de la meule. Il est préférable de refroidir l’acier avant même que celui-ci ne soit chaud.

• Lorsque des gouttelettes d’eau sur le canal du ciseau près du tranchant s’évaporent sous l’effet de la chaleur, le métal doit être refroidi.

 Le tranchant brûlé :

• Le tranchant d’un ciseau peut être considéré comme étant “brûlé” si celui-ci devient d’un bleu foncé ou d’un gris noir (300°C et plus). Il faut alors “raser” le tranchant et reprendre l’opération de meulage.

• Lorsque la couleur devient jaune foncé ou jaune brun et même au maximum de couleur lilas (260°C) le tranchant n’est pas brûlé et peut être conservé. La qualité de trempe sera cependant, en partie perdue.

• Selon la localisation de la brûlure, le ciseau n’aura pas nécessairement besoin d’être rasé au risque de le voir diminuer rapidement de longueur.

• Il est possible d’acquérir rapidité et dextérité en pratiquant des exercices sur une vieille lime, un tuyau coupé en forme de gouge, une simple pièce d’acier.

La vérification de la trempe :

• Une lime douce doit glisser tout en adhérant légèrement sur le talon du tranchant.

• Elle ne doit pas pouvoir le limer et encore moins l’aiguiser complètement. Cela signifierait que la trempe n’est pas suffisante et qu’elle devrait être refaite.

La correction d’un tranchant qui se brise facilement :

• Lorsqu’un ciseau se brise ou “s’effrite” facilement au niveau du tranchant, on peut mettre en cause la trempe, l’angle d’aiguisage, la qualité de l’acier.

• Il est possible d’y remédier en modifiant à l’aide d’une pierre ou d’un papier abrasif et d’un bloc de la même forme ou du même angle que le canal du ciseau, en augmentant l’angle du tranchant à l’intérieur du canal à son extrémité seulement.

• Cette modification de l’angle sur le dessus permet d’obtenir un tranchant plus résistant sans modifier l’angle idéal du dessous du tranchant qui permet de conserver le contrôle du ciseau.

• Cette méthode dite du “casse-ripe” tire son nom canadien du contre-fer de la varlope qui sert à casser la ripe ou copeau. L’angle étant plus prononcé après l’opération, la ripe aura tendance à se casser sur le bout du tranchant du ciseau.

 

• Elle peut aussi servir dans le cas d’un ciseau en “V” ou burin, qui comporte une rainure (marque longitudinale) à l’intérieur du canal. La correction se fera à l’aide d’une pierre à l’intérieur et permet d’éliminer la rainure sur l’extrémité du tranchant. Après cette opération l’intérieur du canal devra être poli à l’aide du coton à polir et de la pâte à polir sur le touret.

 

 

Meulage, tenues, appuis, positions et déplacements :

Comment tenir les ciseaux à tige droite.

• L’outil est retenu entre l’index et le pouce de la main droite. La tige du ciseau vient s’appuyer légèrement sur l’intérieur des doigts dans le creux formé par la main semi- fermée sans serrer le ciseau.

 

• La tige ou la poignée selon la longueur du ciseau se trouvera appuyée sur tous les doigts. Retroussés, ils forment avec la paume un creux dans le quel le ciseau pivotera sur lui-même.

• Dans le cas d’un ciseau de moyenne largeur (de 12 à 22 mm) ayant une courbure légère (méplate) ou moyenne (demi-creuse) le coté droit du ciseau se situera au départ dans le pli entre la première et la deuxième phalange de l’index.

• Pour un ciseau plus creux (n°7 et supérieur) de moyenne largeur et pour tout autre ciseau plus large, le coté droit du ciseau pourra se situer plus loin sur la deuxième phalange de façon à permettre une rotation complète du ciseau sur l’index.

• Pour un petit ciseau de 12 mm ou moins, que ce soit une méplate, une creuse ou tout autre forme, le ciseau sera appuyé au centre de la première phalange de l’index.

• Le pouce de la main droite sera centré sur le coté droit du canal pour des ciseaux de moyenne à grande largeurs, pour des petits ciseaux de forme creuse (n°7 et plus), pour de petites méplates ou demi-creuses (n°3 à 6) de moins de 12 mm et pour les petits ciseaux droits comme les fermoirs ou autres.

Comment tenir les ciseaux à tiges ronde ou courbe :

• Pour les petits ciseaux étroits de moins de 12 mm ayant une tige plus ronde que plate, ou de petits ciseaux avec une tige de type cuillère ou courbée, une autre méthode peut être utilisée.

• Le ciseau sera appuyé sur seulement deux doigts de la main, soit sur l’index et le majeur, alors que le pouce sera placé au centre sur le dessus de la tige et il fera pivoter ou rouler le ciseau sur l’index et le majeur selon la courbure du canal du ciseau.

• Lorsque la tige est droite elle pourra s’appuyer sur la paume pendant l’opération.

• Dans cette méthode, le ciseau peut ne pas s’appuyer sur le guide, c’est le coté droit du dessus de l’index qui s’appuiera sur le dessus du guide pendant que le dessus du majeur s’appuiera sur la bordure avant (façade) du guide.

• On devra s’assurer avant la mise en rotation de la meule que le guide est suffisamment profond pour permettre l’appui et le passage des doigts en toute sécurité et que l’espace entre le guide et la meule est inférieur à 1,5 mm peu importe la méthode utilisée.

• L’index et le pouce de la main droite qui tiennent le ciseau doivent rester en place lorsque le ciseau est enlevé soit pour le refroidir ou pour vérifier l’aiguisage en cours, de façon à retrouver automatiquement la position à la reprise du meulage.

Le guide d'appui :

• Situé en avant de la meule, il sert pour le ciseau et pour l’index de la main droite.

• Dans ce cas, l’index est appliqué sur la façade du guide d’appui.

La position de la main gauche :

• Le dessus de la deuxième phalange de l’index de la main gauche s’appuie sur le coté gauche du guide.

• Le pouce s’appuiera sur le ciseau ou dans le côté gauche du ciseau.

De l’utilité du pouce de la main gauche :

• Le pouce de la main gauche a pour fonction de pousser le ciseau vers la droite et en même temps le fait osciller à l’aide du pouce de la main droite, ceux-ci étant situés respectivement à droite et à gauche sur les bords du canal du ciseau.

• Cela permet de le faire osciller selon la courbure du canal de la gouge.

La position du poignet et de l’avant-bras droit :

• Le poignet est en ligne avec l’avant-bras et demeure presque fixe. Il pivotera légèrement uniquement dans le cas des gouges très creuses.

• Dans tous les autres cas, ce seront les pouces seulement qui bougeront en faisant pivoter sur lui-même le ciseau selon sa courbure.

La position du coude du bras droit :

• Dans le cas d’un ciseau ayant une tige droite ou légèrement courbé, le coude demeure collé sur le côté du corps.

• C’est seulement avec un ciseau ayant une tige de type cuillère ou fortement courbée que celui-ci aura à se déplacer.

Le déplacement du ciseau :

• L’opération du meulage se fait dans un sens seulement, soit de gauche vers la droite. Lorsque le ciseau se déplace vers la gauche pour revenir à sa position de départ il ne touchera pas à la meule pendant tout son déplacement.

 

 

• Le ciseau commencera à toucher à la meule à environ 3 à 5 mm du bord gauche de la meule et ce mouvement se terminera du côté opposé à une même distance.

• Le travail se fait dans la partie centrale de la meule sur 5 à 13 mm de largeur, dans le but de ne pas accrocher les coins du ciseau sur les côtés de la meule, soit en partant soit en terminant le mouvement de déplacement.

 

• Le ciseau doit être en mouvement avant même qu’il commence à toucher à la meule et de même lorsque le mouvement se termine.

• En aucun temps le ciseau ne doit toucher à la meule en position fixe. Il doit toujours y avoir un mouvement de gauche à droite de donné au ciseau pendant que celui-ci touche à la meule.

• Dès que le ciseau commence à toucher à la meule, ainsi qu’à la fin du mouvement, la pression appliquée au ciseau sera plus légère que lors du mouvement au centre de la meule.

• Pendant que le ciseau se déplace de gauche à droite et que les pouces font pivoter et osciller celui-ci, le tranchant du ciseau doit demeurer perpendiculaire à la meule. Cela implique pour un ciseau avec une tige droite que celle-ci se déplace parallèlement à sa position de départ, sinon le tranchant sera soit arrondi ou creux selon le mouvement.

 

De l’importance de décrasser et de rectifier la meule :

• Utilisée régulièrement, la meule s'adoucit en augmentant le risque de brûler le tranchant du ciseau.

• Les roulettes en acier trempé du décrasse-meule “piquent” la meule en tournant et font se détacher les grains usés.

• Lors d’une utilisation intensive, la meule s’usera principalement dans sa partie centrale, elle devra être rectifiée avant tout aiguisage d’un ciseau plat.

• La rectification se fait à l’aide d’un dresse-meule dont la pointe de diamant industriel égalise le diamètre de la meule.

Les principaux angles d’affûtage :

30 à 35° ciseau utilisé avec maillet sur bois franc,

25 à 30° ciseau à dégrossir avec maillet sur tilleul et bois tendre,

20 à 25° ciseau de moyenne largeur servant parfois avec un maillet,

15 à 20° ciseau d’utilisation manuelle et petit ciseau sur tilleul, pin…

 

*                          *